À QUOI RÊVAIS-TU ?

« Emplissez-vous de cette certitude : tout ce qui existe, tout, est comme un chant endormi et n’attend que le passage d’un regard assez pur pour se ranimer. »

 

Joë Bousquet (Poète et écrivain français, 1897-1950)

« Une image vaut mille mots. »  Confucius

Après avoir parcouru dans les séries précédentes, les domaines de la photographie illustrative et artistique, le photographe s’attaque au versant conceptuel de la partie artistique, abandonnant, le temps de cette série, le champ figuratif.

« En transcendant la simple représentation visuelle, je cherche au cœur de cette série à transmettre au travers du médium photographique une approche philosophique et poétique des images. »

Avec ce travail numérique, nous quittons la réalité figurative pour nous concentrer sur l’abstraction, l’imaginaire et l’étrange. Ainsi, l’accent est mis sur le concept ou l’idée derrière l’image plutôt que sur sa représentation littérale.

Le regardeur est invité à chercher, au-delà des titres suggérés, d’autres significations possibles ! 

« À quoi rêvais-tu ? Ce fut, au cours de mon adolescence, le leitmotiv le plus souvent répété par mes parents. Alors, sans le savoir, je devais déjà rêver aux images que je vous présente aujourd’hui ! »

Les photographies numériques : Hors de la pensée et du temps, « Je vois cet œil encore ! », L’horizon des événements, Evocation rose, et « An futurum sit », ont été réalisées dans une grotte de glace à 2.210 mètres d’altitude. Dans la région des Hautes-Alpes en lumière naturelle.

La photographie numérique : Songe d’un soir est la traduction en image d’un poème intitulé « Songe d’un soir », que j’ai écrit en hommage à Gérard de Nerval :

 

”Dans la forêt sombre où les ombres s’étirent,

Une lueur scintille, tremblante et bleutée.

Le songe émerge, mystérieux à décrire

Comme un souffle évident aussitôt oublié.

Alors l’esprit se perd, libre et crédule

Sous l’arche d’or flottante du dernier crépuscule.”